• CAFé des Précaires Solidaires

    Après la journée d'action du 14 février, retrouvons-nous pour organiser la suite de la lutte et l'auto-défense des précaires !

    mercredi 19 février 2014 à 14h

    Maison de Quartier de Villejean, 2rue de Bourgogne.

    Communiqué de la coordination régionale des collectifs de chômeurs et précaires: 

    Le vendredi 14 février 2014 à partir de 14h, la coordination des collectifs de chômeurs et précaires de Bretagne a mené plusieurs occupations simultanées qui ont toutes débouché sur une évacuation policière :

    Après la journée d'action du 14 février, retrouvons-nous pour organiser la suite de la lutte et l'auto-défense des précaires !

    Communiqué de la coordination régionale des collectifs de chômeurs et précaires

    Le vendredi 14 février 2014 à partir de 14h, la coordination des collectifs de chômeurs et précaires de Bretagne a mené plusieurs occupations simultanées qui ont toutes débouché sur une évacuation policière :

    - Les collectifs de Morlaix, Quimper et Brest ont occupé la CECCOB (cellule de coordination des actions de l'Etat en Pays de Centre Ouest Bretagne) à Carhaix. Afin d'exposer leurs revendications, entre autre concernant les négociations de la nouvelle convention UNEDIC, les chômeurs ont demandé à rencontrer le préfet du Finistère. Ce dernier a refusé sans motif de venir à leur rencontre. Les collectifs ont été évacués.

    - Le MCPL de Rennes a occupé le Pôle emploi de Henri Fréville. Il a demandé à rencontrer la direction territoriale qui ne l'a pas reçu non plus. Cette dernière a préféré faire appel aux forces de l'ordre qui ont évacué les chômeurs.

    - Le collectif La Bouffée de Rennes a occupé le siège régional de la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) et demandé à rencontrer le Préfet d'Ille-et-Vilaine. Ils ont également eu pour réponse l'intervention des forces de l'ordre.

    Dans le contexte actuel des licenciements massifs et de l'explosion du taux de chômage, l'Etat illustre par là son indifférence et son mépris des chômeurs. Le chômage serait-il sa dernière préoccupation, contrairement au discours du gouvernement actuel ?

    Nous réitérons notre revendication principale :

    Un emploi pour tous sinon un salaire pour chacun avec ou sans emploi

    Coordination des collectifs de chômeurs et précaires de Bretagne (Brest, Morlaix, Quimper, Rennes)

    L'idée des cafés est de faire se rencontrer des personnes d'horizon multiples qui ont en commun tout un lot de problématiques liées à la précarité : problèmes administratifs avec Pôle Emploi, la CAF, le CCAS... Il s'agit de partager nos expériences, nos galères, nos astuces et nos désirs de résistance. Ces CAFés se veulent aussi être l'espace d'autoformation sur nos droits et d'autodéfense collective en cas de litiges avec l'administration.

    Entretenir une solidarité, et cultiver des savoirs communs depuis nos positions de précaires plutôtt qu'une concurrence et une individualisation, c'est aussi persévérer et sortir de l'isolement dans lequel souhaite nous voir plonger les institutions et leurs logiques managériales pour nous faire accepter leurs manœuvres et les situations dans lesquelles nous avons rarement notre mot à dire.

    Cet espace cherche à visibiliser les conflits autour de la gestion du chômage et de la précarité au delà des cas individuels, dans une économie en crise, qui justifie une régression sociale toujours au détriment des mêmes, avec des plans de rigueur qui s'amorcent en France mais qui font déjà des ravages en Europe du Sud.

    MCPL/Carpes

    «

  • Commentaires

    2
    patrick
    Mercredi 16 Avril 2014 à 15:09

    Bonjour à tous, Je crois que la liberté d'expression est quant même assez bien respectée dans notre pays. N'interprétez pas mal mes propos qui sont en faits basés sur du vécu, puisque nous aussi nous nous battons pour obtenir nos droits. C'est primordiale que l'organisation d'une manifestation aboutisse par des pourparlers, ou au moins qu'elle soit menée jusqu'au bout, sans se faire virer.


    C'est important parce qu'autrement les gens ne veulent plus prendre le risque d'y participer, et finissent par se démobiliser.


    Le seul moyen c'est de cibler un endroit ou un trajet défini et de faire une demande en préfecture en indiquant l'heure de début et de fin.


    Les manifs statiques sont plus payantes, si vous passez un communiqué de presse, les gens peuvent vous rejoindre à tout moment, les journalistes peuvent vous trouver plus facilement.


    Une manif  même revendicative avec un peut de recherche culturelle passe mieux auprès du public et attire le monde.


    Cordialement


    Patrick 


     


     

    1
    colporteur
    Mercredi 19 Mars 2014 à 08:56

    JEUDI 20 MARS

     

    Cette séance de « négociations » entre partenaires « sociaux » sur l’assurance-chômage pourrait se prolonger le 21 mars

    Paris, 14h, Place de l’Odéon pour aller au MEDEF derrière une banderole Contre le patronat, de nouveaux droits , avec les associations de chômeurs et précaires en tête de manif.

    Quelque soit l’issue de leur « négociation », on sait que le Médef attend le moment opportun pour supprimer les annexes 8 et 10, l’annexe 4 des intérimaires et plus généralement tous les dispositifs offrant une protection sociale dans l’intermittence de l’emploi. Il ne fait pas de doute que sous prétexte de « sauver l’assurance chômage » la CFDT signera à nouveau un protocole dégradant le sort des chômeurs.
    Nous ne pouvons accepter qu’à chaque négociation les droits des chômeurs et précaires sombrent peu à peu.
    Si un accord est signé sans que nos propositions soient retenues, nous devrons amplifier la mobilisation pour que le gouvernement n’agrée pas un accord entérinant à moyen terme la destruction programmée des droits sociaux.
    Nous exigeons que les propositions des premiers concernés soient entendues et appliquées lors de cette négociation.
    Les festivals approchent. Un préavis de grève reconductible a été déposé pour le 20 mars, des actions, des assemblées générales et des manifestations sont prévues dans toutes les régions.

    Avignon 10h30 
    Besançon 14h, Place de la Révolution 
    Clermont-Ferrand 14h, Préfecture 
    Lille 16h, pl du Général de Gaulle 
    Limoges 13h 
    Lyon 13h, Bellecour 
    Marseille 14h, Kiosque à musique des Réformés, haut Cannebière 
    Montpellier 12h, pl Paul Bec 
    Nancy 10 h, place Maginot, départ en action 11h au max 
    Nantes 
    Nice 14h, parvis du Théâtre national 
    Pau 13h30, place Verdun 
    Reims 10h, Maison des syndicats 
    Rennes 14h, pl de la Mairie 
    Rodez 
    Rouen 10h, pl du Général de Gaulle 
    Strasbourg 15h, pl Kleber 
    Toulouse 
    Valence

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :